Rachat de Tombola : les partenaires néerlandais paient pour prouver leur bonne foi

Rachat de Tombola : les partenaires néerlandais paient pour prouver leur bonne foi Machinesasous.net

Basé au Royaume-Uni, Tombola va bientôt appartenir au géant de l’industrie du jeu Flutter. L’opérateur de bingo impose une évaluation de conformité à ses associés néerlandais avant la finalisation du contrat. Étonnement, les sociétés doivent débourser de leur poche le coût de la démarche.

Une décision inopinée

Tombola possède la meilleure plateforme de jeux de loterie en ligne sur les terres du Royaume-Uni. À présent, le groupe est en étroite collaboration avec des opérateurs originaires des Pays-Bas. Dernièrement, la grosse pointure britannique a envisagé de soumettre ces associés particuliers à une procédure pour confirmer leur légitimité. De cette façon, la firme fait en sorte que les éventuelles infractions perpétrées par ses bras droits n’entachent pas sa réputation.
A priori, il n’y a rien de surprenant étant donné l’imminence de sa fusion avec Flutter Entertainment. Cependant, Tombola a ordonné à ces exploitants néerlandais de régler eux-mêmes les frais de l’opération, et l’affaire a aussitôt pris de l’ampleur. Désormais, les affiliés de la marque sont tenus de débourser la somme de 1 125 € pour chaque site web. Une grande première dans l’histoire de l’iGaming des Pays-Bas ! De plus, ils doivent exclusivement recourir aux services de XY Legal Solutions BV, selon encore les directives de Tombola.

En vue de la signature définitive de l’accord avec Flutter, la compagnie oblige tous ses adhérents à respecter ces dispositions. En novembre, Flutter s’est effectivement porté acquéreur des activités de Tombola pour près de 480 millions d’euros. Au bout du compte, le rachat sera complété aux alentours de 2022.

La signature de Tombola

Pour rappel, Tombola exige initialement que ses futurs collaborateurs contactent XY Legal pour un bilan de conformité. Après l’examen de certains aspects de leur plateforme en ligne, le cabinet accorde son approbation avec le sceau « KVA ». Ce dernier est une sorte de passeport permettant aux intéressés d’entrer dans le cercle fermé de Tombola. Néanmoins, cette autorisation exceptionnelle n’est valable que durant 12 mois. Passé ce délai, Tombola invite ses partenaires à solliciter les faveurs de XY Legal encore une fois. Pour 725 €, chaque site web aura de nouveau le privilège de siéger parmi les affiliés du leader britannique. Marc Smit, le représentant de Tombola aux Pays-Bas, ne jure que par ce système pour une coopération sécurisée.

Pourtant, ce sceau d’approbation ne répond à aucune règlementation établie au niveau de la Kansspelautoriteit (KSA), le comité de régulation néerlandais. Ainsi, la KSA ne reconnait pas le label que XY Legal délivre et n’envisage aucunement de le valider ultérieurement. Cela dit, l’idée de vérifier périodiquement la régularité des actionnaires est bonne selon les spécialistes en jeux d’argent. Entre autres, c’est un moyen efficace pour effectuer les transactions en toute confiance. Toutefois, certains sont persuadés que ce principe reste peu viable en raison des dépenses trop élevées. L’expert Jan Westerhoff a indiqué que les investisseurs potentiels risquent de perdre leur intérêt en constatant le prix à payer. D’ailleurs, Tombola est l’unique titulaire d’une licence néerlandaise avec autant d’exigence. Bet365 et Betcity, d’autres opérateurs néerlandais, mènent quant à eux leurs propres inspections sans facturer leurs congénères.

Meilleurs casinos